La CNR et L’irrigation

LA CNR et L’IRRIGATION

Concessionnaire du Rhône pour ses trois usages (production d’hydroélectricité, navigation, irrigation), CNR est un partenaire historique du monde agricole à travers la construction de plus de 40 prises d’eau sur le fleuve et l’irrigation de 120 000 hectares de terres.

La C.N.R est tenue, conformément à son Cahier des charges général, de mettre à la disposition de l’agriculture un certain débit d’eau en fonction des besoins actuels et futurs. Les services du Génie Rural (DDAF) ont été jugés qualifiés pour tirer parti de cette dotation et établir les réseaux d’irrigation. La C.N.R. participe seulement au financement des travaux au moyen d’un fonds de concours institué conformément à l’article 13 du Cahier des charges, en réparation du dommage causé à la structure agricole par ses emprises.

L’aménagement Hydroélectrique de Donzère-Montagon

(Extrait de l’article « L’hydraulique agricole dans le couloir Rhodanien entre Vienne et Bollène projets et réalisations »)

«Il est incontestable qu’une dérivation de cette ampleur dans une région de plaine presque entièrement cultivée, ne peut que bouleverser profondément la structure agricole traditionnelle. Le préjudice porté à l’agriculture régionale fut considérable ; il ne faut pas craindre de le dire. Il s’est traduit essentiellement par les expropriations massives pour les emprises de la C.N.R., la désorganisation de la voirie rurale, le tronçonnement du canal de Pierrelatte et les variations de niveau de la nappe phréatique.
2000 ha de terrains cultivés ont été occupés par les ouvrages de la C.N.R., une centaine de bâtiments agricoles ont été détruits, 336 exploitations ont été anéanties, amputées ou coupée en deux. La plaine mesurant 15.000 ha environ, c’est plus de 13 % de la superficie, de bonnes terres de culture en partie irriguées, qui a été exproprié, sur le territoire des communes de Donzère, Les Granges-Gontardes, Pierrelatte, La Garde- Adhémar, Saint- Paul-Trois-Châteaux, Lapalud, Bollène, La Motte du Rhône et Mondragon. Les exploitants expropriés furent largement indemnisés, mais l’immense majorité préfère l’indemnisation en argent à celle en nature et beaucoup abandonnèrent l’agriculture pour s’établir en ville.
…………
La destruction de l’ancien système d’irrigation porta une atteinte encore plus directe à l’agriculture. Le canal de Pierrelatte fut coupé comme un ver par le canal usinier qui suit, dans sa partie médiane, un tracé analogue. La réalimentation du canal de Pierrelatte fut un des principaux objectifs du plan de réparation du dommage agricole de la C.N.R. Une prise sur le canal usinier, au point kilométrique 9,750 réalimente la partie amont du canal, dans la région de Pierrelatte.

Le projet concernant les collines du Tricastin dans la Drôme porte sur 1.958 ha de surface dominée sur les communes de Donzère, La Garde- Adhémar, les Granges-Gontardes et Saint- Paul-Trois-Châteaux ; il comprend quatre secteurs qui auront chacun leur équipement particulier, la station de pompage dans le canal usinier étant le seul élément commun. A l’est du canal usinier un secteur nord s’étendra sur 922 ha dominés et un secteur sud sur 376; dans la vallée de la Berre 120 ha seront dominés; enfin autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux 540 ha dominés sont l’objet d’un plan d’arrosage par aspersion. L’aspect technique du projet se présente de la façon suivante: au point kilométrique 10,250 du canal usinier, sur la rive gauche doit être installée une grande station de pompage dite des Echaravelles, située à la cote 54 ; cette station comprendra 6 groupes électropompes d’une puissance totale installée de 600 ch. ; à proximité sera construit le logement du gardien. Des conduites forcées apporteront l’eau à deux bassins de départ nord et sud et à un réservoir pour le secteur de Saint-Paul-Trois- Châteaux. Du bassin de départ nord, établi à la cote 71,90, partira le canal principal nord desservant aussi la vallée de la Berre et dont le débit est fixé à 800 l/sec. ; du bassin sud, situé à la cote 64,20 de l’autre côté de l’éperon rocheux dominant la station de pompage, partira le canal principal sud dont le débit est fixé à 200 l/sec. Le canal nord mesurera 11 664 mètres et alimentera 6 canaux secondaires : 4 sur la Garde-Adhemar et 2 sur Donzère. Le canal sud mesurera 5.341 mètres et alimentera également 6 canaux secondaires, de petite section. La vallée de la Berre sera desservie par une station de pompage-relai élevant de 23 mètres un débit de 40 1/sec. pris dans le canal principal nord; le canal principal de distribution de la vallée de la Berre mesurera 4.208 mètres. Enfin une colonne de refoulement conduira un débit de 200 l./sec. jusqu’à un réservoir de 500 m3 situé au nord de Saint- Paul-Trois-Châteaux ; celui-ci distribuera l’eau par canalisations souterraines à partir desquelles sera faite l’aspersion de toute cette zone de « haut service ». Pour l’ensemble du projet du Tricastin, la longueur totale des canalisations de tout ordre atteindra 74.121 mètres. On prévoit une dépense globale de 650 millions de francs ; la part du fonds de concours de la C.N.R. sera de 108 millions. Il s’agit donc d’un projet grandiose capable d’apporter une plus-value économique très importante à la région intéressée. La station de pompage des Echaravelles est presque terminée; les autres installations sont en cours d’exécution ».

(Revue géographique de Lyon 1957)

L’aménagement Hydroélectrique de Montélimar

L’aménagement Hydroélectrique de Beauchastel

L’aménagement Hydroélectrique de Bourg les Valence

L’aménagement Hydroélectrique de Baix le Logis neuf

L’aménagement Hydroélectrique de St Valier

Au-delà de sa mission historique d’irrigation, CNR aide le monde agricole à faire face aux nouveaux enjeux environnementaux et au changement climatique. Son action vise à favoriser une agriculture plus économe en eau et en énergie.